Le Monténégro, rescapé des Balkans

May 10, 2008   | Turizmi / Turizam

Montenegro-UlcinjAujourd’hui, le Monténégro, où les apparatchiks yougoslaves côtoyaient les stars de Hollywood, jusqu’à ce que la guerre fasse fuir les visiteurs…
C’est un gros caillou dans la mer, jeté à une centaine de mètres du rivage. Un îlot relié au continent par une digue. Les premières maisons de pierre y ont poussé au XV e siècle, bâties par des marchands et des pêcheurs.
Quatre cents ans plus tard, Sveti Stefan est encore ce village actif vivant au rythme des saisons, peu soucieux des affaires du monde et légèrement en retrait des passions impériales qui ont toujours fait des Balkans la poudrière de l’Europe. Une sorte de balcon tourné vers un horizon bleu. Trop beau pour échapper à la passion méditerranéenne qui saisit les riches et célèbres après la Seconde Guerre mondiale. Bardot et Vadim lancent Saint-Tropez, Onassis a des vues sur Skorpios et les belles Américaines croisent sur la riviera italienne. En 1960, Tito, qui n’entend pas se laisser dicter sa conception du socialisme par les crocodiles soviétiques, se jette aussi dans la vague : l’île tout entière est transformée en hôtel de luxe avec suites, casino et piscines.SvStefan1Small (2)
Dès lors, l’apparatchik titiste croise à Sveti Stefan les gloires hollywoodiennes en mal d’intimité, Elizabeth Taylor et Richard Burton se battent dans la villa 118, et, en cuisine Sophia Loren apprend au chef à cuire les pâtes al dente… Kirk Douglas, Monica Vitti, le prince Charles et Lady Di en lune de miel, tous tombent amoureux de ce palace où s’enflamme chaque soir en technicolor un coucher de soleil sur une mer d’huile. Avec Sveti Stefan, rocher désormais brillant sur l’Adriatique, c’est toute la côte monténégrine qui s’éclaire.
Jeremy Irons sauveur de Sveti Stefan
Jusque dans les années 1980, des milliers de touristes viennent y jouir d’étés solaires et moins chers que ceux de France ou d’Italie : le Monténégro est encore une république yougoslave, parent égaré de l’Europe, pas tout à fait à l’Est, ni complètement à l’Ouest. C’est en 1992, quand la Fédération explose, que les hôtels se vident. Sarajevo, Dubrovnik, guerres ethniques, massacres : les Balkans ne sont plus fréquentables. Seul le personnel de Sveti Stefan se refuse à fermer l’établissement. Mais les meubles prennent la poussière. En 2002, quand Jeremy Irons loue une suite, Sveti Stefan n’est plus un palace et il menace de s’écrouler dans la mer. L’acteur américain sauve l’hôtel. Il signe un gros chèque et rappelle l’existence du Monténégro aux bons souvenirs de ses amis de Hollywood.
Velika plaža.01Aujourd’hui, pour retrouver ses cinq étoiles et son rang, l’hôtel est en rénovation. Il n’est pas le seul : sur toute la côte, les grues sont au travail. Dans la baie de Budva, de nouveaux hôtels sortent de terre. Plus au sud, près d’Ulcinj, la plage de Velika, 13 kilomètres de sable fin, va être transformée en station balnéaire de luxe. Depuis l’indépendance il y a deux ans, le gouvernement mise sur le tourisme, mais pas à n’importe quel prix. Les hôtels clubs avec formule «tout compris» ne sont pas les bienvenus. Predrag Nenezic, le ministre du Tourisme, est formel: «Hors de question de bétonner notre côte, nous respecterons l’environnement. Nous voulons surtout développer le tourisme individuel, plus adapté à un petit pays comme le nôtre.»
Déjà en 1991, bien avant l’indépendance, le Parlement monténégrin avait voté une déclaration d’État écologique. «Sur ce point, nous sommes des précurseurs, explique un restaurateur de Budva. Nous avons très vite pris conscience que nous possédions l’une des plus belles côtes de la Méditerranée et qu’il fallait la protéger. Honnêtement, qui a envie de voir des buildings dans les Bouches de Kotor?»
À l’ombre des cimes austères
Classées au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, ces fameuses Bouches font la fierté de tout Monténégrin. Déjà en 1880, Pierre Loti était tombé sous le charme: «Les bleus irisés des montagnes, les bleus crus de la mer, les verts d’émeraude des myrtes qui couvrent les rochers, les rouges des grenades, les verts sombres des oliviers et tout en haut les mornes de pierre se découpent sur le ciel, en gris clair de cendres, en blancheur de lave.» Pour peu que le ciel ne se couvre, on se croirait égaré au fond de quelque fjord scandinave…copakabana beach
Ici, la montagne s’abîme dans des baies immaculées, fermées comme des lacs le glacier qui a sculpté ces méandres à la profondeur insondable avait sans doute l’esprit retors. Jusqu’à la frontière croate au nord, la route serpente entre cascades édéniques et petites plages de galets. Au détour d’un lacet, quelque ruine romaine, un monastère orthodoxe, une citadelle médiévale, des peintures rupestres : les hommes ont compris très tôt l’hospitalité toute paradoxale des lieux. À l’ombre des cimes austères, les pêcheurs se sont nichés à l’abri des vents mauvais. Tout au fond du fjord, Kotor: sous cet échafaudage de roches grises, la vieille ville a des dimensions lilliputiennes. Le soir, les montagnes se dédoublent dans l’eau sombre.
big-kotorEntre la mer et les parois rocheuses, les passages sont étroits et il n’y a pas de place pour construire de grandes infrastructures touristiques. «Tant mieux», s’exclame Milan qui loue quelques chambres dans la petite ville de Herceg Novi. Ici, les habitants n’ont pas attendu que leur pays redevienne une destination à la mode. Ils ont toujours pris soin de leur ville, entretenant les bâtiments, fleurissant les jardins. Pas de grands hôtels, mais un nombre impressionnant de vieilles maisons à racheter et à retaper. Catherine Zeta-Jones aurait acheté une propriété, tout comme le milliardaire russe Roman Abramovitch. Ces deux dernières années, les prix de l’immobilier auraient doublé dans la région…Aujourd’hui, toute la côte profite à sa manière de cette nouvelle manne touristique. Assis sur une terrasse face aux Bouches, on se prend alors à rêver que cette renaissance oublie quelque crique secrète.
“Nous sommes à nouveau sur la carte touristique”
Diki Kazanegra, manager de l’île-hôtel de Sveti Stefan dans les années 1950 et 1960 se souvient.«Sous Tito, il suffisait de claquer des doigts pour avoir ce qu’on voulait. Du lait de dromadaire pour le président de la Mongolie? Pas de problème. La princesse Margaret et sa suite descendaient à l’hôtel? Nous ne savions rien du protocole britannique, mais on apprenait vite: dans les deux heures, la photo de la famille royale était sur les murs de toutes les chambres! Le Monténégro était un refuge pour les stars de Hollywood. Mais il n’y avait pas que des milliardaires. L’un des premiers Club Med a été construit sur la côte, à Sveti Marko. Dans les années 1980, le tourisme de masse est arrivé, beaucoup de touristes allemands et italiens. Et puis il y a eu les années 1990 : la guerre, le trou noir. Nous étions coupés du monde, sans travail. Une décennie gâchée, surtout pour les jeunes qui ont perdu leurs plus belles années à attendre. Depuis, les touristes sont revenus, les stars aussi… Les gens ne viennent plus chez nous pour partir aussitôt en vacances en Yougoslavie. Aujourd’hui, c’est le Monténégro leur destination. Depuis l’indépendance, nous avons notre destin en main, des tonnes de projets et une vision commune. Notre “riviera” ne sera pas la nouvelle Costa Brava. Les gens ne viennent pas ici pour dormir dans des buildings et bronzer “idiot” sur la plage. Ils veulent des petites maisons, des vacances dépaysantes et culturelles. Ils veulent nous rencontrer. Avec nos hôtels et nos parcs nationaux, nous avons ce qu’il faut pour accueillir un tourisme de qualité. Et nous avons déjà commencé. Nous sommes à nouveau sur la carte touristique. Et pour longtemps!»
Guillaume Villadier
Le Figaro

YouTube Preview Image
Link: http://www.visit-ulcinj.com
ulcinj-info_holiday-in-montenegro,Simply, travel, Ulcinj,Ulqin,Long Beach,ada bojana, Holidays in montenegro, apartments, cottages, hotels, accommodation, information, maps, holiday, tour operators, car hire, winter,travel, holiday in ulcinj, book, flights in montenegro, booking ulcinj montenegro,holiday apartments in montenegro,beaches in montenegro,all inclusive montenegro,montenegro adriatic sea,Apartmani, Appartements, booking, buy, car, Cobi House, Estate, hire, holiday, Home, Hotel, House, Land, last minute, Montenegro, Plots, Properties, Property, Real, Realtor, rent, rental, room, Travel, Ulcinj, Ulqini, Vacation,

1